Stage de néerlandais en immersion obligatoire

+32 42532630

Bien entendu qu’il est possible d’apprendre à lire des notes, à battre correctement la mesure, à lire un rythme, à étudier tous les plus grands compositeurs, etc, etc. Mais, si on aime vraiment la musique, est-ce que le but n’est pas aussi de jouer d’un instrument ?

   Bien entendu qu’il est possible d’apprendre comment fonctionne un moteur, les freins, le différentiel, étudier tous les panneaux de signalisation, le code de la route, toutes les marques de voiture, etc, etc. Mais est-ce que le but, si on aime la voiture ou si on y trouve une utilité, n’est pas à un moment donné de pouvoir la conduire ?

   Bien entendu qu’on peut étudier l’histoire de la roue et du vélo des siècles passés à nos jours, des freins aussi, des vitesses, de toutes les pièces du vélo, on peut même étudier tous les vainqueurs du tour de France depuis 1903, mais le but, n’est-il pas, si on aime un peu le vélo, de trouver son équilibre et d’avancer dessus vers une destination ou pour se promener ?

   Bien entendu qu’il est intéressant de connaitre les règles de grammaire d’une langue, de connaitre la nature des mots, la fonction des syntagme, etc, etc, c’est surtout passionnant pour un linguiste, parce que, d’une façon générale, c’est déjà très positif de bien comprendre les autres et de bien se faire comprendre par les autres dans une langue.

Un enfant de dix ans s’exprime déjà assez bien et, normalement, n’a pas encore étudié beaucoup de règles grammaticales. On n’a jamais vu un enfant apprendre d’abord des règles grammaticales avant même de savoir communiquer. Ces règles prennent du sens à partir du moment où nous disposons déjà d’un minimum de maîtrise de la langue.

   À ABCzaam, nous faisons tout en immersion. C’est pourquoi les élèves, dans les heures qui suivent la fin de leur stage, ont des difficultés à parler leur langue maternelle à nouveau. Parce que, à ABCzaam, on ne leur « explique » pas comment les choses fonctionnent, on leur fait faire ces choses.
   Ce que vous devez expliquer à votre enfant, c’est que, faire les choses est amusant: c’est incomparablement plus amusant de jouer du piano ou de la guitare que d’apprendre à lire un rythme ou des notes; c’est incomparablement plus amusant de conduire une voiture que d’apprendre le code de la route ou le fonctionnement d’un différentiel (même si c’est passionnant de comprendre le fonctionnement génial différentiel); c’est incomparablement plus amusant de grimper sur un vélo que de réparer sa roue; c’est incomparablement plus amusant de parler, de chanter en néerlandais que d’en apprendre la grammaire ou du vocabulaire par cœur…

   En stage ABCzaam, il n’est nul besoin de savoir que le sujet inverse sa place avec celle du verbe dans la phrase, lors d’une question, pour être capable de dire: « Mag ik de frietjes ? » (Puis-je avoir les frites ? ») Assez étrangement, l’animateur linguistique, qui est à table avec ses quatre élèves au moment du repas, n’aura pas besoin de répéter cette phrase plusieurs fois pour qu’elle soit retenue par ses jeunes… On comprend aisément pourquoi.

   Mais qu’est-ce qui va se passer dans la tête de ce jeune stagiaire au début du stage ?
1. Il apprendra toutes ces phrases clés qui sont essentielles à sa « survie » en stage (le mot est un peu fort, mais on se comprend.)
2. Il va « réaliser » qu’il ne faut pas comprendre toute une phrase pour en percevoir la signification globale : un mot dans la phrase peut orienter la compréhension. La situation dans laquelle on se trouve permet aussi très souvent de sous-entendre ce que l’autre nous dit.
3. Il va constater qu’il entend les mêmes sons aux mêmes moments de la journée et ces sons étranges, deviendront au bout de trois jours, des mots…
4. Il va commencer à avoir confiance en lui; ce qui était une montagne et semblait insurmontable au début du stage, n’est plus qu’un chemin escarpé qui progressivement rejoint un plateau…
5. Il va commencer à pouvoir poser des questions : une fois ce niveau atteint, la vitesse d’apprentissage démarre alors de façon exponentielle.
6. Il va sentir et comprendre qu’il progresse, qu’il est compétent, … Ce qui était un effort devient progressivement un jeu. Cela devient amusant.
Et c’est d’autant plus amusant, que ce qu’il apprend ne relève pas du « par cœur », cela relève de la répétition puisque c’est de réflexes qu’il s’agit.

   Qu’on reprenne les comparaisons du début de ce texte avec le pianiste, le conducteur ou le cycliste, il s’agit bien ici, non pas d’apprendre par cœur quoi que ce soit, mais d’acquérir des réflexes. Les doigts du pianiste qui parcourent le clavier ne sont plus guidés par la réflexion de ce dernier; tout le monde sait que, bien conduire, ce n’est pas passer son temps à se demander où il faut mettre son pied et à savoir quand il faut toucher le levier de vitesse, mais c’est laisser nos réflexes agir. Idem en vélo, ne dit-on pas d’ailleurs: « C’est comme le vélo, cela ne s’oublie pas. » Et pourquoi cela ne s’oublie pas ? Parce que l’équilibre est un apprentissage qui ne relève pas du « par cœur ».

 

   En un stage à ABCzaam, il est probable que nos jeunes apprennent au moins 500 mots, probablement 1000 mots, voire plus. Or, à aucun moment, un jeune ne prend un dictionnaire pour apprendre du vocabulaire. Au contraire, on lui dit: « Parle, chante, joue, amuse-toi, corrige-toi et répète ce que tu entends, etc ! »

   C’est cela qui fonctionne à ABCzaam et c’est cela qui amène certains parents à être surpris en retrouvant leur enfant qui a du mal à (re)parler sa langue maternelle et qui s’étonnent qu’il dise : « En fait, c’est chouette le néerlandais »; alors qu’une semaine plus tôt, il disait exactement le contraire !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *